La Cerise sur le Gâteau

Les lauréats du concours

Les lauréats du concours (photo toutendouceurs)

Cet hiver, on m’a parlé d’un chouette concours de pâtisserie organisé conjointement par la Société Générale et la Société Nationale des Meilleurs Ouvriers de France, « La Cerise sur le Gâteau ». Il s’agissait de réinventer les grands classiques de la pâtisserie française. Le première phase de sélection était basée sur le vote des internautes, à partir des photos des réalisations des candidats. Par la suite, les quatorze lauréats ont été invités ce week-end, samedi 21 février, à constituer des paires, composées d’un professionnel de cuisine et d’un amateur, et de réinventer la profiterole de Philippe Urraca, MOF et président du jury.

Le jury en pleine délibération (photo toutendouceurs)

Le jury en pleine délibération (photo toutendouceurs)

Prise par mes cours et mes concours, j’avais alors décidé de ne pas participer à ce concours, dont c’était la première édition, mais je compte bien prendre le temps de participer à la seconde ! Cela dit, j’ai été invitée par la Société Générale à assister à la remise de prix de ce concours, qui a eu lieu samedi soir à l’école Ferrandi (que j’avais, pour la petite anecdote, eu le bonheur de visiter deux semaines auparavant pour les portes ouvertes de l’école), en présence des candidats bien sûr, ainsi que des MOF. Je ne vous cache pas que voir tous ces grands noms de la gastronomie française réunis autour de moi dans la même pièce était franchement impressionnant, au moins autant que la qualité des desserts qui ont été proposés par les participants. Les petits choux ayant été dévorés très rapidement, je n’ai pas beaucoup de photos mais je vous invite à consulter les réseaux sociaux en utilisant le hashtag #LaCeriseSurleGâteau si vous voulez voir de meilleures photos des desserts.

Le chou chocolat/ ananas/ mangue (photo toutendouceurs)

Le chou chocolat/ ananas/ mangue (photo toutendouceurs)

Les grands gagnants, Flore André et Maël Le Bacquer, avaient réalisé une très belle structure à base de nougatine et de choux. J’ai en outre particulièrement adoré le chou cannelle et chocolat, un vrai délice léger et gourmand, et le gros chou fruits tropicaux et chocolat était également excellent.

Le discours des deux gagnants (photo toutendouceurs)

Le discours des deux gagnants (photo toutendouceurs)

S’en est suivi un cocktail dînatoire pendant lequel j’ai pu discuter avec l’excellent candidat du Meilleur Pâtissier sur M6, AbdelKarim, quelqu’un de très accessible et qui donne aujourd’hui des cours, dont vous trouverez les modalités sur sa page Facebook !

photo 5

Encore merci à tous les participants pour leurs délicieuses réalisations et merci à Isabelle de la Société Générale pour son invitation !

Quant à moi, je vous retrouve très vite pour une recette plus que gourmande !  En attendant, rejoignez moi sur Facebook, Twitter & Instagram, où vous trouverez des aperçus de ce qui va suivre sur le blog ! A très vite !

Dans ma cuisine au mois de décembre

Premier article de l’année, et comme je vous l’avais promis, me revoici avec un petit (enfin je vais essayer de faire en sorte qu’il le soit, mais vous commencez à me connaître, alors je ne garantis rien…) résumé de deux cours de pâtisserie qui m’ont été offerts par ma famille pour mon anniversaire. Le premier était un cours de cuisine à l’atelier de Cyril Lignac, animé par la gagnante du Meilleur Pâtissier, Anne-Sophie. Le second avait lieu dans un cadre plus « pro », si je puis dire, il s’agissait d’un cours de trois heures au Pavillon des Champs-Elysées Lenôtre, durant lequel nous avons appris les bases mais surtout les techniques pour perfectionner tout ce qui est pâtes, à savoir pâte à brioche, pâte à choux, pâte sucrée et pâte sablée. Attendez-vous donc à voir débarquer des recettes avec ces pâtes-là très prochainement ici-même (suspense et auto-promotion, ça, c’est fait !)

J’ai globalement été très satisfaite de ces deux cours de pâtisserie, mais me direz-vous c’est bien normal puisque c’est le but et que clairement on y met le prix. L’accueil dans les deux ateliers était parfait, les lieux différents mais tous les deux très charmants, ce fut un vrai plaisir d’avoir la chance de cuisiner dans de tels cadres.

Pour ce qui est de la cuisine à proprement parler (oui parce qu’on est un peu là pour ça quand même, c’est bien joli de poser avec Cyril Lignac mais bon HEIN), j’ai a-do-ré le contenu de ces deux cours. D’un côté une véritable surprise avec la maison en pain d’épices d’Anne-Sophie, je ne m’attendais pas du tout à réaliser cette pièce et je dois dire que j’ai adoré. C’était juste avant Noël donc c’était une très chouette idée, même si j’ai du manger la maison toute seule car personne d’autre que moi n’aime le pain d’épices à la maison. Outre le fait que c’était un régal pour les yeux et que ça peut occuper des bambins pendant des heures, j’ai appris comment faire une glace royale QUI TIENNE (et j’ai d’ailleurs mis le tout en pratique en réalisant des sablés de Noël (CLIC ICI POUR LA RECETTE) pour ma classe) et plein de petites choses de déco qui sont faisables avec, du coup.

photo 1-1

photo 2-1

La décoration « neige » en glace royale…

Quant au cours chez Lenôtre, j’y allais pour la technique et je n’ai pas été déçue: j’ai non seulement capté des choses importantes qui m’échappaient lorsque je faisais de la pâte à choux et de la pâte à brioche, mais le chef (qui n’était autre que David Martin, ce dont je me suis rendue compte dix heures plus tard quand ma mère a failli avoir une attaque en apprenant son nom) nous a vraiment repris sur certains gestes, notamment le « boulage » de la brioche. J’ai également pas mal de trucs et astuces, en particulier pour la pousse des brioches, que je partagerai avec vous dans un futur article où je vous livrerai les recettes.

L’avantage de ces cours, c’est que chacun réalise les recettes de A à Z, et que donc on repart avec nos préparations. Pour la maison en pain d’épices, je l’ai ramenée démontée et je l’ai montée chez moi, mais elle s’est effondrée au bout de deux minutes car je crois qu’il manquait un chouya de cuisson, le sablé était trop mou du coup il a cassé. En revanche, nous avons pu profiter des briochettes, des chouquettes et des pains aux fruits confits pendant plusieurs petits-déjs, et je crois que ça a pas mal plu à mes proches de pouvoir déguster tout ça.

photo 3

La fameuse maison qui s’effondre…. oups !

Au niveau prix, j’estime que les deux cours valaient leur coût. D’une part pour la qualité de ce qu’on y prépare, de l’autre pour l’accueil qui nous a été réservé, on ne va pas se mentir on est clairement chouchoutés, et ça fait du bien. C’est donc une très jolie idée de cadeau à offrir, pour ma part ça ne pouvait mieux tomber, je suis vraiment ressortie de ces deux cours relaxée, détendue et rassasiée, ce qui ne fut pas du luxe en période de concours blancs !

Je vous donne donc rendez-vous très rapidement pour un nouvel article dans lequel je vous dévoilerai non pas une mais DEUX recettes de brioches, l’une sucrée et l’autre salée ! Stay tuned !

2.0.1.4.

2014 a été une année difficile, on ne va pas se mentir. Une année de concours, ça n’est jamais bien réjouissant, d’autant plus quand celle-ci se solde par un échec, après tant d’efforts et quelques réussites qui laissaient présager la lumière au bout du tunnel. A l’heure du bilan pré-nouvelle-année-qui-va-bientôt-débuter, j’ai voulu faire le point avec vous sur mon année 2014, d’un point de vue « gourmet ». Car dans le tunnel semé d’embûches, il y a pourtant eu des choses, des personnes, des voyages et des rencontres, qui font que finalement, 2014 aura été une année riche en émotions, en découvertes et en apprentissage.

Tout d’abord, il y a eu des voyages, vers des destinations à la cuisine plus ou moins connue: le Maroc, en février, le Portugal en juillet, et l’Italie en août. J’y ai découvert de nouvelles saveurs, du tajine de boeuf aux pruneaux en passant par le poulpe grillé à la portugaise ou les glaces italiennes qu’on ne trouve vraiment qu’en Italie, dans des petites tavernes cachées au fin fond de villages au charme inégalable. On a beau tout trouver à Paris, il n’y a pas à dire, un tajine ça ne s’apprécie véritablement que dans un petit riad de Meknès, avec des hôtes qui partagent leurs secrets de cuisine, qui racontent comment leur est venue l’idée de leurs plats, leur touche personnelle. De même, les pâtes françaises ont bien peu de saveur une fois que l’on a goûté aux pâtes italiennes, nichés dans un petit restaurant typique perché au sommet d’un village toscan. Enfin, comment déguster autrement les bolinhas de bacalhau qu’entourée des meilleures amies au monde, face au Rio Douro, à rire un peu trop fort après quelques verres de sangria ?

IMG_2180

Les oeufs au cumin de notre hôte anglais Simon, à Meknès

IMG_2104

Les petits-déjeuners gargantuesques avant de partir en vadrouille

IMG_2099

L’inimitable tajine poulet-citron-olives de Fès

IMG_2001

Le couscous d’Afida, le soir de notre arrivée

IMG_5779

Caïpirinhas et beignets de Berlin

IMG_5860

IMG_9754

IMG_5918

Poulpe grillé à la portugaise

Enfin, il y a eu des moments et des rencontres. Je crois que de ce point de vue-là, on peut dire que j’ai terminé l’année en beauté, avec deux journées qui ont marqué mon année et m’encouragent à persévérer dans ma passion pour, qui sait, un jour, en faire quelque chose de plus concret que ce blog. Début décembre, j’ai donc eu la chance d’assister à un cours exceptionnel animé par Anne-Sophie, la gagnante de l’émission « Le Meilleur Pâtissier » sur M6, qui a d’ailleurs un très chouette blog ici. Pendant quelques heures, dans l’atelier de pâtisserie de Cyril Lignac, c’est comme si le temps s’était arrêté, figé en enfance, puisque nous avons confectionné des maisons en pain d’épices, dont je ne manquerai pas de vous livrer la recette dans un prochain article. Je ne saurais trop vous encourager, si vous aimez la pâtisserie, à prendre un cours là-bas, en tout cas si vous cherchez une idée de cadeau pour un fin gourmet au bec sucré, n’hésitez pas (et c’est donc là que je case mes plus profonds remerciements à mes parents pour ce doux moment) Pour ne rien gâcher à cette petite escapade gourmande, nous avons eu le privilège d’une visite du chef Lignac himself, what else ?

photo 2

Ensuite, il y a quelques jours, j’avais rendez-vous trèèèèès tôôôôt un samedi matin chez Lenôtre, dans leur pavillon des Champs-Elysées, pour un cours sur les « pâtes » en pâtisserie. Je vous en reparlerai très prochainement à l’occasion d’un nouvel article, mais ce fut une expérience riche en apprentissage et je suis encore ressortie le sourire au bord des lèvres, le coeur léger, et surtout les bras pleins de viennoiseries à partager avec mes proches.

photo 1

Mon année 2014 s’est terminée en cuisine, entre les mignardises de Noël et les desserts d’anniversaire de mes proches, que vous verrez bientôt ici-même. Elle se terminera ce soir, pour nous tous, et j’espère de tout coeur que 2015 nous réserve de belles surprises, l’arrivée de jolis projets, et surtout, surtout, beaucoup de douceur(s).

☆ Gatsby party part1: les red velvet cupcakes ☆

IMG_0400

20 ans. C’est cet anniversaire que j’ai eu la chance de fêter avec mes amis le week-end dernier, dans un thème qui me tenait particulièrement à coeur: les années folles. Sur fond de jazz et de charleston, nous avons dansé jusqu’au bout de la nuit, les filles dans nos robes à frange et les garçons dans leur costume trois-pièces à la Jay Gatsby. Je trouvais ça sympa de faire une sorte de mini buffet avec quelques mets à déguster, c’est pourquoi sur une table revêtue d’une nappe noire j’avais, entre des petites paillettes en forme d’étoiles, disposé des cornets de pop-corn, des bonbonnières remplis de minis-bonbons hamburger (trouvés par hasard chez Métro et qui ont visiblement fait remonter des souvenirs d’enfance à certains) et de bonbons divers et variés. J’avais également confectionné des cakes (jambon/comté, pesto/noix/fromage) et acheté quelques petits « finger foods » à déguster facilement. Mais ce que je voulais faire en particulier, c’était bien évidemment le dessert. Je voulais réaliser un gâteau en pâte à sucre en forme de clap Hollywood, mais j’ai eu un véritable souci avec l’insertion du colorant noir dans la pâte à sucre, si quelqu’un a des astuces pour que tout soit homogène je suis carrément preneuse, car finalement je n’ai jamais réussi à obtenir la couleur souhaitée et, à trois heures de la soirée, j’ai du improviser. Je vous montrerai le résultat (beaucoup moins chouette que celui initialement prévu, donc) dans un prochain article, aujourd’hui je souhaitais partager la recette des red velvet cupcakes que j’avais réalisés en accompagnement et qui, je crois, ont assez plu à mes invités.

Pour 20 cupcakes:

La base (recette de Hervé Cuisine)

125g de beurre

175g de sucre

extrait de vanille

2 oeufs

160g de farine

1 cs de cacao Nestlé

1 cc de levure chimique

1 pincée de sel

100g de crème fraîche

du colorant rouge en poudre

6 cL de lait

1 cc de bicarbonate de soude

La ganache (improvisée et parfaite pour le coup, ni trop sucrée ni trop fade, tenue nickel, et super facile à réaliser)

20 cL de crème liquide entière placée au congélateur 10mn dans un bol, avec les batteurs du robot

500g de mascarpone

1. Préparer les gâteaux: battre le beurre mou avec le sucre, ajouter la vanille puis les oeufs un par un, en mélangeant entre chaque. Tamiser la farine, le cacao, le colorant, le bicarbonate de soude et la levure et ajouter au mélange précédent. Incorporer le sel. Ajouter la crème fraîche puis le lait. Remplir des moules à muffin aux deux tiers, enfourner dans un four chaud entre 20 et 25 minutes à 180°C. Attention, la lame d’un couteau doit ressortir bien sèche. (je me suis faite avoir sur les deux premières fournées, une vraie débutante pour le coup !)

2. Pendant que les cupcakes refroidissent, préparer la ganache: fouetter le mascarpone pour le détendre (éventuellement sucrer légèrement et ajouter une gousse de vanille fendue et grattée). Sortir la crème bien froide du congélateur, la monter en chantilly, puis l’incorporer immédiatement et très délicatement au mascarpone, avec une maryse. Munir une poche à douille d’une douille cannelée, verser la préparation, et dresser en rosace sur les cupcakes froids.

3. Décorer de sucre rouge et: tadaaam ! C’est prêt ! Sortez les confettis, allumez la musique, et bonne soirée !

IMG_0398

IMG_0402

IMG_0403

PORTO – Que faire, que voir, que manger ?

IMG_5811

Je profite d’un petit moment de répit estival entre une année passée éprouvante, stressante et dont l’aboutissement ne fut pas celui que j’espérais et une future année qui s’annonce assez similaire à celle passée, pour vous donner quelques nouvelles et essayer de poster quelques articles. J’espère que de votre côté vous passez un été ensoleillé et gourmand, pour ma part je reviens d’une grosse semaine entre copines à Porto: au programme détente, farniente sur la plage, bronzette, visites et pauses gourmandes dans de jolis endroits.

Tout d’abord, pour le logement nous étions situées du côté de Matosinhos car ma famille y possède un appartement qui se situe à seulement dix minutes en métro de la plage et dix minutes du centre de Porto. Pour nous y rendre, nous descendions à la station « Trindade » et n’avions que quelques minutes de marche à effectuer dans les rues montantes et descendantes de la ville avant d’atteindre le coin le plus animé de Porto.

Nous avons profité de cette semaine pour goûter aux spécialités locales (mes cuisses ne leur disent pas merci), telles les fameux « pasteis de nata » qui sont cela dit surtout une spécialité de Lisbonne, les « bolinhas de bacalhau » et tous les plats à base de morue en général et les « bolinhas de Berlin », pour ne citer qu’elles. On nous avait conseillé une petite pâtisserie typique dans le centre de Porto, où nous avons dégusté de délicieuses pasteis de nata: il s’agit de la « padaria Ribeiro » qui se situe passage Guilherme Gomes Fernandes.

IMG_9717

D’autre part, nous sommes allés plusieurs fois dans un café/restaurant très moderne et très sympathique, le Clerigos, qui se situe « Passeio dos Clérigos », Rua das Carmelitas 151. On y a dégusté d’excellentes glaces, mais aussi de bons hamburgers et des plats plus raffinés tels que leur poulpe à la gauloise ou leur risotto aux champignons. N’hésitez pas à commander en dessert les minis bolinhas de Berlin qui sont un vrai régal. Le restaurant se situe non loin de la « Torre dos Clerigos » dans laquelle il est possible de monter pour admirer une vue panoramique de la cité.

Caïpirinhas & bolinhas: what else ?

Caïpirinhas & bolinhas: what else ?

Le premier soir, nous avons été dîner dans un petit restaurant à l’ambiance autant dynamique que sympathique situé au 183 Pç Filipa de Lencastre, qui porte le joli petit nom de « Munchie ». Le cadre est très jeune et très « hispter », et dans l’assiette nous trouvons de délicieux hamburgers, servis avec une généreuse portion de « batatas fritas », ou encore des wraps au saumon (très simples mais toutefois excellents)

Coup de coeur pour le "Gula", "meilleur hamburger du monde" dixit la meilleure copine.

Coup de coeur pour le « Gula », « meilleur hamburger du monde » dixit la meilleure copine.

Pour les fans de la saga Harry Potter (coucou Célia), je vous conseille de passer la porte de la Livraria Lello e Irmao, au 144 Rua das Carmelitas. Cette magnifique bibliothèque a en effet servi de cadre au tournage de plusieurs scènes des films Harry Potter. Pour ceux qui seraient passés à côté, la visite vaut tout de même le détour car l’endroit est simplement somptueux. On ne peut malheureusement pas prendre de photos de l’intérieur, mais vous pouvez avoir un aperçu ici.

Si vous souhaitez voir de jolies mosaïques portugaises, c’est à l’intérieur de la gare de Porto que cela se passe !

IMG_9676

Enfin, je vous conseille également de traverser l’un des ponts de la ville pour rejoindre Vila Nova de Gaia, que l’on aperçoit lorsque l’on se promène sur les rives du Rio Douro. Vous pourrez par exemple y déguster plusieurs types de Porto, puisque c’est à cet endroit que l’on trouve les caves de la célèbre boisson portugaise. Pour nous y rendre, nous avons effectué une petite croisière sur le fleuve d’une heure environ (qui coûte 10 euros par personne) et qui, si vous avez beau temps, est très agréable pour profiter de la vue.

IMG_5860

C’est tout pour ce petit guide de Porto, nous sommes restées peu de temps et n’avons pas eu assez de notre semaine pour explorer tous les coins de cette jolie ville portugaise, mais une chose est sûre: WE WILL BE BACK !

Avant la rentrée, je comptais poster quelques recettes estivales si cela vous intéresse. Je pars bientôt pour trois semaines en Italie, entre Rome & Florence, si vous avez des bons plans, des bonnes adresses dans ces deux villes, JE PRENDS ! Je vous ferai sûrement un petit récapitulatif de mon voyage à mon retour fin août. D’ici là, je vous dis à très vite pour de nouvelles aventures culinaires !

xx, Delphine

Le brunch du dimanche

Photo originale: we heart it

Photo originale: we heart it

Tous les dimanches, c’est le même scénario qui se répète. Le dimanche étant la seule journée où je peux me lever après 8h, j’en profite pour faire tout ce que je n’ai pas le temps de faire en semaine: me préparer un vrai petit-déjeuner, regarder une petite série, lire un roman… Ce week-end, avec cette neige qui se dépose partout en France, j’avais envie d’un brunch revigorant et réchauffant. Il faut dire que toutes les photos de petits-déjeuners ultra-sophistiqués sur Instagram n’arrangent pas les choses… Alors samedi, on a commencé à préparer quelques petites choses et dimanche matin, nous avons terminé les petits plats pour le midi. Au menu, cake salé, œuf à la coque, saucisses, pancakes, brownie, salade de fruits (jolie, jolie), et chocolat chaud. J’avais déjà testé la plupart des recettes, mais j’ai innové pour les pancakes et le brownie. On s’est régalés, et en plus ça change des plats du dimanche (que j’adore cela dit). Je vous livre donc les recettes du brownie, des pancakes et du cake salé, j’espère que ça vous plaira ! N’hésitez pas à me dire si vous aimez bruncher et si oui, ce que vous avez l’habitude de préparer ! Je suis aussi preneuse de bonnes adresses pour bruncher sur Paris !
Bonne semaine les gourmands ! <;3

pancakes final

Pour 15 pancakes (recette des Trois Soeurs):

125g de farine

1/2 sachet de levure

un peu de bicarbonate de soude

2 cs de sucre

de la vanille en poudre

des pépites au chocolat

1 cs d’huile

1 œuf

24 cL de lait

1. Mélanger tous les ingrédients secs dans un bol et tous les ingrédients liquides dans un autre. Rassembler les deux préparations et mélanger sans trop travailler la pâte. Laisser reposer 20mn.

2. Faire fondre une lichette de beurre dans une grande poêle. Avec une louche, faire des tas de pâte (si quelqu’un veut bien m’expliquer comment on fait des pancakes parfaitement ronds ???) et laisser cuire jusqu’à ce que des bulles se forment à la surface. Retourner avec une spatule et finir de cuire le pancake. Manger tiède avec du sirop d’érable, de la confiture ou de la pâte à tartiner.

brownie brunch final

Pour un brownie pas light du tout mais absolument délicieux:

200g de chocolat noir

200g de beurre

150g de cassonade + 50g de sucre

3 œufs

50g de farine + 1 cc de levure

1. Préchauffer le four à 180°C. Faire fondre le beurre et le chocolat au micro-ondes.

2. Battre les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange épaississe.

3. Incorporer le chocolat et le beurre fondus, puis la farine et la levure. Beurrer un moule carré ou rectangulaire, verser la pâte dedans. Enfourner 30mn. Le brownie doit être fondant mais bien cuit sur les bords. Déguster tiède ou froid avec une boule de glace vanille ou de la chantilly… (on s’en est passés vu tout ce qu’il y avait d’autre à manger…)

cake brunch final

Pour un cake salé au jambon et au fromage qui tabasse sa mémé:

250g de farine

4 œufs

1 verre d’huile

1 verre de vin blanc

1 sachet de levure

du jambon, du fromage, des olives ou du thon, des tomates, des herbes… ce que vous voulez quoi !

->; Mélanger la farine et la levure avec la garniture. Battre les œufs avec l’huile, le vin blanc et saler/poivrer. Mélanger les deux préparations, puis verser dans un moule à cake beurré. Cuire 45mn à 220°C.

On a coupé le cake en tranches qu’on a passé au four quelques minutes. Un ré-gal !

N’hésitez pas à rejoindre ma page Twitter et ma page Hellocoton ! :)

Macarons festifs & nouvelles en bref

Hello hello les amis ! Je suis très heureuse de vous retrouver ce matin, avec plein de petites choses à vous dire ! Commençons par les mauvaises nouvelles: je ne pourrai pas bloguer de nouveau avant Noël, je rentre en période de concours blancs, et je crains que les seules choses que je vais pouvoir faire seront réviser et me gaver de caféine. Mais voyons les choses du bon côté: ce sera pour mieux nous retrouver pendant les vacances ! Ensuite, les bonnes nouvelles: vendredi c’était mon anniversaire, et pour l’occasion (18 ans ça se fête) j’ai reçu……………… un KitchenAid !! Ceux qui me suivent sur Instagram et Twitter le savent déjà, je suis extrêmement ravie de mon nouveau joujou, que j’ai déjà eu l’occasion de tester ce week-end ! Merci à mes (supers) parents pour ce cadeau ! ❤ D’ailleurs si vous avez de bonnes recettes à réaliser avec un KA (notamment des brioches, des pâtes levées etc.), je suis méga preneuse ! :) J’ai aussi été très gâtée par mes amis, si vous passez par là les copains ENCORE MERCI !

Sans transition, j’ai (enfin) commencé le livre de Mathilde « Je suis une Foodista », reçu il y a de nombreuses semaines ! Je ne suis pas déçue, c’est bien écrit et je me reconnais bien là-dedans ! Merci encore Laurent !

KA mathilde

Et enfin, je ne vais pas vous laisser sur votre faim, je vous propose une petite recette de macarons spécialement imaginés pour Noël. Je les ai réalisés le week-end dernier et nous avons adoré à la maison. Voici donc les petits nouveaux que je referai sûrement pour Noël, le salé au foie gras, figues et quatre épices, et le sucré aux marrons ! Moi qui ne suis pas fan de crème de marrons, la ganache est bien moins sucrée que je le pensais, j’ai beaucoup aimé ! A vous de juger maintenant ;)

Macarons au foie gras:

Une cinquantaine de coques réalisées avec cette recette, en ajoutant aux poudres 1/4 cc de mélanges 4 épices

Deux belles tranches de foie gras placé 30 minutes au congélateur

confiture de figues (ramenée de Corse, miam miam)

Sel, poivre

1.Découper dans les tranches de foie gras de plus fines tranches, de l’épaisseur que vous souhaitez pour vos macarons. A l’intérieur, détailler à l’aide d’un emporte-pièce de beaux morceaux de foie gras.

2. Avec une petite cuillère, « beurrer » légèrement les faces intérieures des coques de confiture de figues. Déposer sur l’une des coques la tranche de foie gras, refermer avec une autre coque et placer de suite au frais. Procéder de même pour tous les macarons.

/!\ Déguster dans les deux jours !

IMG_6434

IMG_6447

IMG_6440

IMG_6467

IMG_6461

IMG_6441

FINAL BLOG

Macarons aux marrons (selon une recette de Macaronette):

Une cinquantaine de coques marron clair + de la poudre dorée (Scrapcooking pour moi)

200g de crème de marrons (Clément Faugier ici)

1 feuille de gélatine

50g de crème liquide

1. Faire ramollir la feuille de gélatine dans un bol d’eau froide.

2. Faire bouillir la crème liquide, en même temps essorer la gélatine. Couper le feu sous la crème, puis incorporer la gélatine. Battre vivement, et verser la crème toujours chaude sur la crème de marrons. Battre quelques secondes, le temps que le mélange soit homogène, transvaser dans un bol, couvrir, et mettre au frais quelques heures.

3. Avec un pinceau légèrement humide, décorer les coques avec la poudre dorée. Garnir avec la ganache aux marrons, et laisser au frais 24 heures.

IMG_6396IMG_6421

Très belle semaine à tous, et à très vite !!